Nikolai Rimsky-Korsakov (1844-1908).

  • Profession: Compositeur.
  • Résidences: Saint-Pétersbourg.
  • Relation avec Mahler:
  • Correspondance avec Mahler:
  • Né: 18-03-1844 Tikhvin près de Saint-Pétersbourg, Russie.
  • Décès: 21-06-1908 Luga, Russie.
  • Enterré: Il a été enterré dans Cimetière Tikhvin au monastère Alexandre Nevsky à Saint-Pétersbourg, à côté de Borodine, Mikhail Glinka (1804-1857) et Modeste Moussorgski (1839-1881).

Nikolai Andreyevich Rimsky-Korsakov (russe: ???????? ?????????? ???????? - ?????????) était un compositeur russe, et membre du groupe de compositeurs connu sous le nom de The Five. C'était un maître de l'orchestration. Ses compositions orchestrales les plus connues - Capriccio Espagnol, l'Ouverture du Festival de Pâques russe et la suite symphonique Scheherazade - sont des incontournables du répertoire de musique classique, avec des suites et des extraits de certains de ses 15 opéras. Scheherazade est un exemple de son utilisation fréquente des contes de fées et des sujets folkloriques.

Rimsky-Korsakov croyait, tout comme son collègue compositeur Mily Balakirev et le critique Vladimir Stasov, au développement d'un style nationaliste de musique classique. Ce style employait des chansons et des traditions folkloriques russes ainsi que des éléments harmoniques, mélodiques et rythmiques exotiques dans une pratique connue sous le nom d'orientalisme musical, et évitait les méthodes de composition occidentales traditionnelles. Cependant, Rimsky-Korsakov a apprécié les techniques musicales occidentales après être devenu professeur de composition musicale, d'harmonie et d'orchestration au Conservatoire de Saint-Pétersbourg en 1871. Il a entrepris un programme rigoureux de trois ans d'auto-éducation et est devenu un maître des méthodes occidentales, incorporant eux aux côtés des influences de Mikhail Glinka et des autres membres de The Five. Ses techniques de composition et d'orchestration ont été encore enrichies par son exposition aux œuvres de Richard Wagner.

Pendant une grande partie de sa vie, Rimski-Korsakov a combiné sa composition et son enseignement avec une carrière dans l'armée russe - d'abord comme officier dans la marine impériale russe, puis comme inspecteur civil des bandes navales. Il a écrit qu'il avait développé une passion pour l'océan dans son enfance en lisant des livres et en entendant parler des exploits de son frère aîné dans la marine. Cet amour de la mer l'a peut-être influencé pour écrire deux de ses œuvres orchestrales les plus connues, le tableau musical Sadko (à ne pas confondre avec son opéra ultérieur du même nom) et Shéhérazade. Grâce à son service en tant qu'inspecteur des bandes navales, Rimsky-Korsakov a élargi ses connaissances du jeu des bois et des cuivres, ce qui a amélioré ses capacités d'orchestration. Il a transmis ces connaissances à ses étudiants, ainsi qu'à titre posthume à travers un manuel d'orchestration qui a été complété par son gendre, Maximilian Steinberg.

Rimsky-Korsakov a laissé un nombre considérable de compositions nationalistes russes originales. Il a préparé des œuvres de The Five pour l'interprétation, ce qui les a introduites dans le répertoire classique actif (bien qu'il y ait une controverse sur son édition des œuvres de Modest Mussorgsky), et a façonné une génération de jeunes compositeurs et musiciens au cours de ses décennies en tant qu'éducateur. Rimsky-Korsakov est donc considéré comme «le principal architecte» de ce que le public de la musique classique considère comme le style de composition russe. Son influence sur les jeunes compositeurs a été particulièrement importante, car il a servi de figure de transition entre l'autodidacte qui illustre Glinka et The Five et les compositeurs de formation professionnelle qui deviendront la norme en Russie dans les dernières années du 19e siècle. Alors que le style de Rimsky-Korsakov était basé sur ceux de Glinka, Balakirev, Hector Berlioz et Franz Liszt, il «a transmis ce style directement à deux générations de compositeurs russes» et a influencé des compositeurs non russes dont Maurice Ravel, Claude Debussy, Paul Dukas et Ottorino Respighi.

Rimsky-Korsakov est né à Tikhvine, à 200 kilomètres (120 mi) à l'est de Saint-Pétersbourg, dans une famille aristocratique avec une longue lignée de service militaire et naval - son frère aîné Voin, 22 ans son aîné, est devenu un navigateur bien connu et explorateur. Il se rappela plus tard que sa mère jouait un peu du piano et que son père pouvait jouer quelques chansons au piano à l'oreille. À partir de six ans, il a pris des cours de piano auprès d'enseignants locaux et a montré un talent pour les compétences auditives, mais il a montré un manque d'intérêt, jouant, comme il l'écrivait plus tard, «mal, négligemment, ... mauvais pour garder le temps. Bien qu'il ait commencé à composer à 10 ans, Rimsky-Korsakov préférait la littérature à la musique. Il écrivit plus tard qu'à partir de ses lectures et des récits des exploits de son frère, il développa un amour poétique pour la mer «sans jamais l'avoir vue». Cet amour, et l'incitation de Voin, a encouragé le jeune de 12 ans à rejoindre la marine impériale russe. Il étudia à l'École des sciences mathématiques et de la navigation de Saint-Pétersbourg et, à 18 ans, passa son examen final en avril 1862.

À l'école, Rimsky-Korsakov a pris des leçons de piano d'un homme nommé Ulikh. Ces leçons ont été sanctionnées par Voin, qui était maintenant directeur de l'école, car il espérait qu'elles aideraient le jeune à développer des compétences sociales et à surmonter sa timidité. Rimsky-Korsakov a écrit que, tout en étant «indifférent» aux leçons, il a développé un amour pour la musique, nourri par des visites à l'opéra et, plus tard, des concerts d'orchestre. Ulikh se rend compte qu'il a un talent musical sérieux et recommande un autre professeur, Feodor A. Kanille (Théodore Canillé). À partir de l'automne 1859, Rimsky-Korsakov prit des cours de piano et de composition à Kanille, qu'il attribua plus tard comme l'inspiration pour avoir consacré sa vie à la composition musicale. Grâce à Kanille, il a été exposé à de nombreuses nouvelles musiques, dont Mikhail Glinka et Robert Schumann.

Bien que Rimsky-Korsakov aime maintenant ses cours de musique, Voin les a annulés lorsque Rimsky-Korsakov avait 17 ans, car il estimait qu'ils ne répondaient plus à un besoin pratique. Kanille a dit à Rimsky-Korsakov de continuer à venir le voir tous les dimanches, non pas pour des cours officiels, mais pour jouer en duo et discuter de musique. En novembre 1861, Kanille présenta Rimsky-Korsakov, 18 ans, à Mily Balakirev. Balakirev lui présenta à son tour César Cui et Modest Moussorgsky; tous les trois étaient connus comme compositeurs, alors qu'ils n'avaient que 20 ans. Rimsky-Korsakov a écrit plus tard: «Avec quel plaisir j'ai écouté de vraies discussions d'affaires (l'accent de Rimsky-Korsakov) d'orchestration, d'écriture partielle, etc.! Et en plus, combien on parlait de sujets musicaux actuels! Tout à coup j'avais été plongé dans un monde nouveau, inconnu de moi, autrefois seulement connu dans la société de mes amis dilettants. C'était vraiment une forte impression.

Balakirev a encouragé Rimsky-Korsakov à composer et lui a appris les rudiments quand il n'était pas en mer. Balakirev l'a également poussé à s'enrichir en histoire, en littérature et en critique. Lorsqu'il montra à Balakirev le début d'une symphonie en mi bémol mineur qu'il avait écrite, Balakirev insista pour qu'il continue à y travailler malgré son manque de formation musicale formelle. Au moment où Rimsky-Korsakov a navigué sur une croisière de deux ans et huit mois à bord du clipper Almaz à la fin de 1862, il avait terminé et orchestré trois mouvements de la symphonie. Il compose le mouvement lent lors d'une escale en Angleterre et envoie la partition à Balakirev avant de reprendre la mer. Au début, son travail sur la symphonie a occupé Rimsky-Korsakov pendant sa croisière. Il achetait des partitions à chaque escale, ainsi qu'un piano sur lequel les jouer, et remplissait ses heures de repos à étudier le Traité d'orchestration de Berlioz. Il trouva le temps de lire les œuvres d'Homère, William Shakespeare, Friedrich Schiller et Johann Wolfgang von Goethe; il a vu Londres, Niagara Falls et Rio de Janeiro lors de ses escales au port. Finalement, le manque de stimuli musicaux extérieurs a atténué la soif d'apprendre du jeune aspirant. Il écrivit à Balakirev qu'après deux ans en mer, il avait négligé ses cours de musique pendant des mois. «Les pensées de devenir musicien et compositeur m'ont progressivement quittée», se souvient-il plus tard; «Des terres lointaines ont commencé à me séduire, d'une manière ou d'une autre, même si, à proprement parler, le service naval ne m'a jamais beaucoup plu et ne convenait pas du tout à mon caractère.

Encadré par Balakirev; temps avec The Five

Une fois de retour à Saint-Pétersbourg en mai 1865, les fonctions à terre de Rimsky-Korsakov consistaient en deux heures de travail de bureau par jour, mais il a rappelé que son désir de composer «avait été étouffé… Je ne me préoccupais pas du tout de musique». Il écrit que ce contact avec Balakirev en septembre 1865 l'encourage «à s'habituer à la musique et plus tard à s'y plonger». Sur la suggestion de Balakirev, il écrit un trio sur le scherzo de la symphonie mineure en mi bémol, qui lui manquait jusque-là, et réorchestre la symphonie entière. Sa première représentation eut lieu en décembre de la même année sous la direction de Balakirev à Saint-Pétersbourg. Une deuxième représentation suivit en mars 1866 sous la direction de Konstantin Lyadov (père du compositeur Anatoly Lyadov)

La correspondance entre Rimsky-Korsakov et Balakirev montre clairement que certaines idées pour la symphonie sont originaires de Balakirev. Balakirev s'est rarement contenté de corriger un morceau de musique et le recomposait souvent au piano. Rimsky-Korsakov a rappelé,

Un élève comme moi a dû soumettre à Balakirev une proposition de composition dans son embryon, disons, même les quatre ou huit premières mesures. Balakirev apporterait immédiatement des corrections, indiquant comment refondre un tel embryon; il la critiquerait, louerait et louerait les deux premières mesures, mais censurerait les deux suivantes, les ridiculiserait et s'efforcerait d'en dégoûter l'auteur. La vivacité de la composition et la fertilité n'étaient pas du tout en faveur, une refonte fréquente était demandée, et la composition s'étalait sur un long laps de temps sous le contrôle froid de l'autocritique.

Rimsky-Korsakov a rappelé que «Balakirev n'a eu aucune difficulté à s'entendre avec moi. À sa suggestion, j'ai réécrit le plus volontiers les mouvements symphoniques que j'ai composés et les ai achevés à l'aide de ses conseils et improvisations ». Bien que Rimsky-Korsakov ait plus tard trouvé l'influence de Balakirev étouffante et s'en soit libéré, cela ne l'a pas empêché dans ses mémoires de vanter les talents du compositeur plus âgé en tant que critique et improvisateur. Sous le mentorat de Balakirev, Rimsky-Korsakov s'est tourné vers d'autres compositions. Il a commencé une symphonie en si mineur, mais a estimé qu'elle suivait de trop près la neuvième symphonie de Beethoven et l'a abandonnée. Il a complété une Ouverture sur trois thèmes russes, basée sur les ouvertures de la chanson folklorique de Balakirev, ainsi qu'une Fantaisie sur les thèmes serbes qui a été jouée lors d'un concert donné pour les délégués du Congrès slave en 1867. Dans sa critique de ce concert, le critique nationaliste Vladimir Stasov a inventé l'expression Moguchaya kuchka pour le cercle de Balakirev (Moguchaya kuchka est généralement traduit par «la poignée puissante» ou «les cinq»). Rimsky-Korsakov a également composé les premières versions de Sadko et Antar, qui ont cimenté sa réputation en tant qu'auteur d'œuvres orchestrales.

Rimsky-Korsakov a socialisé et discuté de la musique avec les autres membres des Cinq; ils se critiquaient les travaux en cours et collaboraient sur de nouvelles pièces. Il se lie d'amitié avec Alexandre Borodine, dont la musique l'a «étonné». Il passa de plus en plus de temps avec Moussorgski. Balakirev et Moussorgski jouaient de la musique pour piano à quatre mains, Moussorgski chantait, et ils discutaient fréquemment des œuvres d'autres compositeurs, avec des goûts préférés allant «vers les derniers quatuors de Glinka, Schumann et Beethoven». Mendelssohn n'était pas très apprécié, Mozart et Haydn «étaient considérés comme dépassés et naïfs», et JS Bach était simplement mathématique et insensible. Berlioz «était très estimé», Liszt «paralysé et perverti d'un point de vue musical… voire caricatural», et Wagner discutait peu. Rimsky-Korsakov «écoutait ces opinions avec avidité et absorbait les goûts de Balakirev, Cui et Moussorgski sans raisonnement ni examen». Souvent, les œuvres musicales en question «n'étaient jouées devant moi que par fragments, et je n'avais aucune idée de toute l'œuvre». Ceci, écrit-il, ne l’a pas empêché d’accepter ces jugements au pied de la lettre et de les répéter «comme si j'étais parfaitement convaincu de leur véracité».

Rimsky-Korsakov est devenu particulièrement apprécié au sein des Cinq, et parmi ceux qui ont visité le cercle, pour ses talents d'orchestrateur. Il fut sollicité par Balakirev pour orchestrer une marche Schubert pour un concert en mai 1868, par Cui pour orchestrer le chœur d'ouverture de son opéra William Ratcliff et par Alexander Dargomyzhsky, dont les œuvres étaient très appréciées par les Cinq et qui était proche de la mort, à orchestrer son opéra The Stone Guest

À l'automne 1871, Rimsky-Korsakov emménagea dans l'ancien appartement de Voin et invita Moussorgski à être son colocataire. L'accord de travail sur lequel ils se sont mis d'accord était que Moussorgski utilisait le piano le matin tandis que Rimsky-Korsakov travaillait à la copie ou à l'orchestration. Lorsque Moussorgski partit pour son travail dans la fonction publique à midi, Rimsky-Korsakov utilisa alors le piano. Le temps du soir était réparti d'un commun accord. «Cet automne et cet hiver-là, nous avons accompli beaucoup de choses», a écrit Rimsky-Korsakov, «avec un échange constant d'idées et de plans. Moussorgski a composé et orchestré l'acte polonais de Boris Godounov et la scène folklorique «Près de Kromy». J'ai orchestré et terminé ma Pucelle de Pskov.

En 1871, Rimsky-Korsakov, 27 ans, devint professeur de composition pratique et d'orchestration (orchestration) au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, ainsi que chef de la classe d'orchestre. Il a conservé sa position dans le service naval actif et a enseigné ses cours en uniforme (les officiers militaires en Russie étaient tenus de porter leur uniforme tous les jours, car ils étaient considérés comme toujours en service).

Rimsky-Korsakov a expliqué dans ses mémoires que Mikhaíl Azanchevsky avait repris cette année-là le poste de directeur du Conservatoire et, voulant du sang neuf pour rafraîchir l'enseignement dans ces matières, avait offert de payer généreusement les services de Rimsky-Korsakov. Le biographe Mikhail Zetlin suggère que les motivations d'Azanchevsky auraient pu être doubles. Premièrement, Rimsky-Korsakov était le membre des Cinq le moins critiqué par ses adversaires, et l'inviter à enseigner au Conservatoire a peut-être été considéré comme un moyen sûr de montrer que tous les musiciens sérieux y étaient les bienvenus. Deuxièmement, l'offre peut avoir été calculée pour l'exposer à un climat académique dans lequel il écrirait dans un style plus conservateur, basé sur l'Occident. Balakirev s'était opposé à la formation académique en musique avec énormément de vigueur, mais l'avait encouragé à accepter le poste pour convaincre les autres de rejoindre la cause musicale nationaliste.

La réputation de Rimsky-Korsakov à cette époque était en tant que maître de l'orchestration, basé sur Sadko et Antar. Cependant, il avait écrit ces œuvres principalement par intuition. Sa connaissance de la théorie musicale était élémentaire; il n'avait jamais écrit de contrepoint, ne pouvait pas harmoniser un simple choral, ni connaissait les noms ou les intervalles des accords musicaux. Il n'avait jamais dirigé un orchestre, et avait été découragé de le faire par la marine, qui n'approuvait pas son apparition sur le podium en uniforme. Conscient de ses lacunes techniques, Rimsky-Korsakov consulta Piotr Ilitch Tchaïkovski, avec qui lui et les autres membres des Cinq avaient eu des contacts occasionnels. Tchaïkovski, contrairement aux Cinq, avait reçu une formation académique en composition au Conservatoire de Saint-Pétersbourg et était professeur de théorie musicale au Conservatoire de Moscou. Tchaïkovski lui a conseillé d'étudier.

Rimsky-Korsakov a écrit qu'en enseignant au Conservatoire, il est rapidement devenu «peut-être son meilleur élève (souligné par Rimsky-Korsakov), à en juger par la quantité et la valeur des informations qu'il m'a données! Pour se préparer et garder au moins une longueur d'avance sur ses étudiants, il prend un congé sabbatique de trois ans pour composer des œuvres originales, et étudie assidûment à la maison pendant qu'il donne des cours au Conservatoire. Il a appris lui-même à partir de manuels et a suivi un régime strict de composition d'exercices contrapuntiques, de fugues, de chorales et de chœurs a cappella.

Rimsky-Korsakov est finalement devenu un excellent professeur et un fervent partisan de la formation académique. Il a révisé tout ce qu'il avait composé avant 1874, même des œuvres acclamées comme Sadko et Antar, dans une recherche de perfection qui lui restera tout au long de sa vie. Désigné pour répéter la classe d'orchestre, il maîtrise l'art de la direction. Traiter les textures orchestrales en tant que chef d'orchestre et faire des arrangements appropriés d'œuvres musicales pour la classe d'orchestre a conduit à un intérêt accru pour l'art de l'orchestration, un domaine dans lequel il s'adonnerait davantage à ses études en tant qu'inspecteur des bandes navales. La partition de sa troisième symphonie, écrite juste après avoir terminé son programme de trois ans de perfectionnement personnel, reflète son expérience pratique avec l'orchestre.

La chaire a apporté une sécurité financière à Rimsky-Korsakov, ce qui l'a encouragé à s'installer et à fonder une famille. En décembre 1871, il proposa à Nadezhda Purgold, avec qui il avait développé une relation étroite au cours des rassemblements hebdomadaires des Cinq à la maison Purgold. Ils se sont mariés en juillet 1872, Moussorgski étant le témoin. Les Rimski-Korsakov ont eu sept enfants. L'un de leurs fils, Andrei, est devenu musicologue, a épousé le compositeur Yuliya Veysberg et a écrit une étude en plusieurs volumes sur la vie et l'œuvre de son père.

Nadezhda est devenue partenaire musicale et domestique avec son mari, tout comme Clara Schumann l'avait été avec son propre mari Robert. Elle était belle, capable, volontaire et bien mieux formée musicalement que son mari au moment de leur mariage - elle avait fréquenté le Conservatoire de Saint-Pétersbourg au milieu des années 1860, étudiant le piano avec Anton Gerke (dont l'un des étudiants privés était Moussorgski. ) et le solfège avec Nikolai Zaremba, qui a également enseigné Tchaïkovski. Nadezhda s'est révélée une critique fine et très exigeante du travail de son mari; son influence sur lui en matière musicale était assez forte pour que Balakirev et Stasov se demandent si elle le détournait de leurs préférences musicales. Le musicologue Lyle Neff a écrit que si Nadezhda a abandonné sa propre carrière de composition en épousant Rimsky-Korsakov, elle «a eu une influence considérable sur la création des trois premiers opéras (de Rimsky-Korsakov). Elle a voyagé avec son mari, assisté à des répétitions et arrangé des compositions de lui et d'autres «pour piano à quatre mains, qu'elle a joué avec son mari. «Ses dernières années ont été consacrées à la diffusion de l'héritage littéraire et musical posthume de son mari, au maintien des normes d'interprétation de ses œuvres… et à la préparation du matériel pour un musée à son nom.

Au printemps 1873, la marine créa le poste civil d'inspecteur des bandes navales, avec un grade d'évaluateur collégial, et nomma Rimsky-Korsakov. Cela l'a maintenu sur la liste de paie de la marine et inscrit sur la liste de la chancellerie du département de la Marine, mais lui a permis de démissionner de sa commission. Le compositeur a commenté: «Je me suis séparé avec plaisir de mon statut militaire et de mon uniforme d'officier», écrivit-il plus tard. «Désormais, j'étais musicien officiellement et incontestablement. En tant qu'inspecteur, Rimsky-Korsakov s'est appliqué avec zèle à ses fonctions. Il a visité des orchestres navals dans toute la Russie, supervisé les chefs d'orchestre et leurs nominations, passé en revue le répertoire des orchestres et inspecté la qualité de leurs instruments. Il a rédigé un programme d'études pour un groupe d'étudiants en musique qui détenaient des bourses de la marine au Conservatoire et a agi comme intermédiaire entre le Conservatoire et la marine. Il s'est également livré à un désir de longue date de se familiariser avec la construction et la technique de jeu des instruments d'orchestre. Ces études l'ont incité à rédiger un manuel d'orchestration. Il a utilisé les privilèges du rang pour exercer et développer ses connaissances. Il a discuté des arrangements d'œuvres musicales pour orchestre militaire avec des chefs d'orchestre, a encouragé et passé en revue leurs efforts, a organisé des concerts au cours desquels il pouvait entendre ces pièces et orchestré des œuvres originales et des œuvres d'autres compositeurs pour des orchestres militaires.

En mars 1884, un ordre impérial abolit le bureau de la marine de l'inspecteur des bandes et Rimsky-Korsakov fut relevé de ses fonctions. Il a travaillé sous Balakirev dans la chapelle de la cour en tant que député jusqu'en 1894, ce qui lui a permis d'étudier la musique d'église orthodoxe russe. Il a également enseigné des cours à la chapelle et a écrit son manuel sur l'harmonie pour l'utiliser là-bas et au Conservatoire.

Backlash et nuit de mai

Les études de Rimsky-Korsakov et son changement d'attitude vis-à-vis de l'éducation musicale lui ont valu le mépris de ses compatriotes nationalistes, qui pensaient qu'il jetait son héritage russe pour composer des fugues et des sonates. Après s'être efforcé «d'intégrer autant de contrepoint que possible» dans sa Troisième Symphonie, il a écrit des œuvres de chambre respectant strictement les modèles classiques, dont un sextuor à cordes, un quatuor à cordes en fa mineur et un quintette pour flûte, clarinette, cor, basson et piano. A propos du quatuor et de la symphonie, Tchaïkovski écrivit à sa patronne, Nadezhda von Meck, qu'ils «étaient remplis d'une foule de choses intelligentes mais… (étaient) imprégnés d'un caractère sèchement pédant». Borodine a commenté que lorsqu'il a entendu la symphonie, il n'a cessé de «sentir que c'est l'œuvre d'un professeur allemand qui a mis ses lunettes et s'apprête à écrire Eine grosse Symphonie en ut».

Selon Rimsky-Korsakov, les autres membres des Cinq ont montré peu d'enthousiasme pour la symphonie, et encore moins pour le quatuor. Ses débuts publics en tant que chef d'orchestre, lors d'un concert de charité en 1874 où il dirigea l'orchestre dans la nouvelle symphonie, ne furent pas non plus considérés favorablement par ses compatriotes. Il a écrit plus tard qu '«ils ont commencé, en effet, à me regarder comme quelqu'un sur la voie descendante». Pire encore à Rimsky-Korsakov, c'était le faible éloge d'Anton Rubinstein, un compositeur opposé à la musique et à la philosophie des nationalistes. Rimsky-Korsakov a écrit qu'après que Rubinstein ait entendu le quatuor, il a commenté que maintenant Rimsky-Korsakov «pourrait représenter quelque chose» en tant que compositeur. Il a écrit que Tchaïkovski continuait à le soutenir moralement, lui disant qu'il applaudissait pleinement ce que faisait Rimsky-Korsakov et admirait à la fois sa modestie artistique et sa force de caractère. En privé, Tchaïkovski a confié à Nadejda von Meck: «Apparemment (Rimsky-Korsakov) traverse actuellement cette crise, et comment elle se terminera sera difficile à prévoir. Soit un grand maître sortira de lui, soit il finira par s'enliser dans des tours contrapuntiques ».

Deux projets ont aidé Rimsky-Korsakov à se concentrer sur la création musicale moins académique. Le premier fut la création de deux recueils de chansons folkloriques en 1874. Rimsky-Korsakov transcrivit 40 chansons russes pour voix et piano à partir des performances du chanteur folk Tvorty Filippov, qui s'approcha de lui à la suggestion de Balakirev. Ce recueil a été suivi d'un second contenant 100 chansons, fournies par des amis et des serviteurs, ou tirées de collections rares et épuisées. Rimsky-Korsakov a crédité plus tard cette œuvre comme une grande influence sur lui en tant que compositeur; il a également fourni une grande quantité de matériel musical à partir duquel il pourrait puiser pour de futurs projets, soit par citation directe, soit comme modèles pour la composition de passages fakéloriques. Le deuxième projet était l'édition de partitions orchestrales par le compositeur russe pionnier Mikhail Glinka (1804–1857) en collaboration avec Balakirev et Anatoly Lyadov. La sœur de Glinka, Lyudmila Ivanovna Shestakova, voulait préserver l'héritage musical de son frère sous forme imprimée et a payé les coûts du projet de sa propre poche. Aucun projet similaire n'avait été tenté auparavant dans le domaine de la musique russe, et des lignes directrices pour l'édition musicale savante devaient être établies et convenues. Alors que Balakirev préférait faire des changements dans la musique de Glinka pour «corriger» ce qu'il considérait comme des défauts de composition, Rimsky-Korsakov a préféré une approche moins intrusive. Finalement, Rimsky-Korsakov a prévalu. «Travailler sur les partitions de Glinka a été une scolarité inattendue pour moi», écrit-il plus tard. «Même avant cela, j'avais connu et adoré ses opéras; mais en tant qu'éditeur des partitions imprimées, j'ai dû passer par le style et l'orchestration de Glinka jusqu'à leur dernière petite note… Et ce fut une discipline bienfaisante pour moi, me conduisant comme elle l'a fait sur le chemin de la musique moderne, après mes vicissitudes avec contrepoint et style strict ».

À l'été 1877, Rimsky-Korsakov réfléchit de plus en plus à la nouvelle May Night de Nikolai Gogol. L'histoire était depuis longtemps l'une de ses préférées et sa femme Nadejda l'avait encouragé à écrire un opéra basé sur elle depuis le jour de leurs fiançailles, quand ils l'avaient lu ensemble. Alors que les idées musicales pour une telle œuvre étaient antérieures à 1877, elles sont maintenant venues avec une plus grande persévérance. En hiver, la nuit de mai attira de plus en plus son attention; en février 1878, il commença sérieusement à écrire et il finit l'opéra au début de novembre.

Rimsky-Korsakov a écrit que la nuit de mai était d'une grande importance parce que, bien que l'opéra contienne beaucoup de musique contrapuntique, il «se débarrasse néanmoins des chaînes du contrepoint (soulignement Rimsky-Korsakov)». Il a écrit l'opéra dans un idiome mélodique folklorique et l'a marqué d'une manière transparente dans le style de Glinka. Néanmoins, malgré la facilité d'écriture de cet opéra et du suivant, The Snow Maiden, il souffrit de temps en temps d'une paralysie créatrice entre 1881 et 1888. Il resta occupé pendant ce temps en éditant les œuvres de Moussorgski et en complétant le prince Igor de Borodine (Moussorgski est mort en 1881, Borodine en 1887).

Cercle de Belyayev

Rimsky-Korsakov a écrit qu'il avait fait la connaissance du mécène de la musique en herbe Mitrofan Belyayev (député Belaieff) à Moscou en 1882. Belyayev faisait partie d'une coterie croissante d'industriels russes nouveaux-riches qui sont devenus mécènes des arts du milieu à la fin du XIXe siècle. Russie; leur nombre comprenait le magnat des chemins de fer Savva Mamontov et le fabricant de textile Pavel Tretyakov. Belyayev, Mamontov et Tretiakov «voulaient contribuer de manière visible à la vie publique». Ils s'étaient frayés un chemin vers la richesse et, étant slavophiles dans leur perspective nationale, ils croyaient à la plus grande gloire de la Russie. En raison de cette croyance, ils étaient plus susceptibles que l'aristocratie de soutenir les talents indigènes et étaient plus enclins à soutenir les artistes nationalistes que les artistes cosmopolites. Cette préférence correspond à une recrudescence générale du nationalisme et de la russophilie qui est devenue répandue dans l'art et la société russes traditionnels.

À l'hiver 1883, Rimsky-Korsakov était devenu un visiteur régulier des «vendredis quatuors» hebdomadaires («Les Vendredis») qui se tenaient chez Belyayev à Saint-Pétersbourg. Belyayev, qui s'était déjà vivement intéressé à l'avenir musical de l'adolescent Alexandre Glazounov, loua une salle et engagea un orchestre en 1884 pour jouer la première symphonie de Glazounov plus une suite orchestrale que Glazounov venait de composer. Ce concert et une répétition l'année précédente ont donné à Rimski-Korsakov l'idée d'offrir des concerts de compositions russes, perspective à laquelle Belyayev était ouvert. Les concerts symphoniques russes ont été inaugurés pendant la saison 1886–87, avec Rimsky-Korsakov partageant les devoirs de direction avec Anatoly Lyadov. Il a terminé sa révision de Moussorgski's Night on Bald Mountain et l'a dirigée lors du concert d'ouverture. Les concerts l'ont également amené à sortir de sa sécheresse créatrice; il a écrit Shéhérazade, Capriccio Espagnol et l'Ouverture de Pâques russe spécialement pour eux. Il a noté que ces trois œuvres «montrent une baisse considérable dans l'utilisation des dispositifs contrapuntiques… (remplacés) par un développement fort et virtuose de tout type de figuration qui soutient l'intérêt technique de mes compositions».

Rimsky-Korsakov a été sollicité pour des conseils et des orientations non seulement sur les concerts symphoniques russes, mais sur d'autres projets grâce auxquels Belyayev a aidé des compositeurs russes. «Par la force des choses purement musicales, je me suis avéré être le chef du cercle Belyayev», écrit-il. «Comme le chef Belyayev, aussi, me considérait, me consultant sur tout et me référant à tout le monde comme chef». En 1884, Belyayev a créé un prix annuel Glinka et, en 1885, il a fondé sa propre maison d'édition musicale, par l'intermédiaire de laquelle il a publié à ses frais des œuvres de Borodine, Glazounov, Lyadov et Rimsky-Korsakov. Pour sélectionner les compositeurs à aider avec de l'argent, des publications ou des performances parmi les nombreux qui appelaient maintenant à l'aide, Belyayev a mis en place un conseil consultatif composé de Glazunov, Lyadov et Rimsky-Korsakov. Ils examinaient les compositions et les appels soumis et suggéraient quels compositeurs méritaient le patronage et l'attention du public.

Le groupe de compositeurs qui se réunissait maintenant avec Glazounov, Lyadov et Rimsky-Korsakov est devenu connu sous le nom de cercle Belyayev, du nom de leur bienfaiteur financier. Ces compositeurs étaient nationalistes dans leur vision musicale, comme les Cinq avant eux l'avaient été. Comme The Five, ils croyaient en un style de musique classique uniquement russe qui utilisait de la musique folklorique et des éléments mélodiques, harmoniques et rythmiques exotiques, comme en témoigne la musique de Balakirev, Borodin et Rimsky-Korsakov. Contrairement aux Cinq, ces compositeurs croyaient également en la nécessité d'une formation académique, basée sur l'Occident, que Rimsky-Korsakov avait inculquée au cours de ses années au Conservatoire de Saint-Pétersbourg. Comparé aux compositeurs «révolutionnaires» du cercle de Balakirev, Rimsky-Korsakov a trouvé que ceux du cercle de Belyayev étaient «progressifs… attachant une grande importance à la perfection technique, mais… ouvrant également de nouvelles voies, bien que plus sûrement, même si moins rapidement … »

Contact accru avec Tchaïkovski

En novembre 1887, Tchaïkovski est arrivé à Saint-Pétersbourg à temps pour entendre plusieurs des concerts symphoniques russes. L'un d'eux comprenait la première représentation complète de sa Première Symphonie, sous-titrée Winter Daydreams, dans sa version finale. Un autre concert a présenté la première de la Troisième Symphonie de Rimsky-Korsakov dans sa version révisée. Rimsky-Korsakov et Tchaïkovski ont beaucoup correspondu avant la visite et ont passé beaucoup de temps ensemble, avec Glazounov et Lyadov. Bien que Tchaïkovski ait été un visiteur régulier de la maison Rimsky-Korsakov depuis 1876 et ait à un moment donné proposé d'organiser la nomination de Rimsky-Korsakov au poste de directeur du Conservatoire de Moscou, ce fut le début de relations plus étroites entre les deux. En quelques années, écrit Rimsky-Korsakov, les visites de Tchaïkovski sont devenues plus fréquentes

Lors de ces visites et surtout en public, Rimsky-Korsakov portait un masque de gentillesse. En privé, il a trouvé la situation émotionnellement complexe et a avoué ses craintes à son ami, le critique moscovite Semyon Kruglikov. Les souvenirs ont persisté de la tension entre Tchaïkovski et les Cinq sur les différences dans leurs philosophies musicales - tension suffisamment vive pour que le frère de Tchaïkovski, Modeste, assimile leurs relations à l'époque à «celles entre deux États voisins amis… prudemment préparés à se rencontrer sur un terrain d'entente, mais gardant jalousement leurs intérêts séparés ». Rimsky-Korsakov a observé, non sans contrariété, comment Tchaïkovski est devenu de plus en plus populaire parmi les partisans de Rimsky-Korsakov. Cette jalousie personnelle était aggravée par une jalousie professionnelle, la musique de Tchaïkovski devenant de plus en plus populaire parmi les compositeurs du cercle Belyayev, et demeurant dans l'ensemble plus célèbre que la sienne. Malgré cela, lorsque Tchaïkovski assista à la fête nommée de Rimsky-Korsakov en mai 1893, Rimsky-Korsakov demanda personnellement à Tchaïkovski s'il dirigerait quatre concerts de la Société musicale russe à Saint-Pétersbourg la saison suivante. Après hésitation, Tchaïkovski accepta. Alors que sa mort subite à la fin de 1893 l'empêchait de remplir cet engagement dans son intégralité, la liste des œuvres qu'il avait prévu de diriger comprenait la troisième symphonie de Rimsky-Korsakov.

Un conservatisme croissant; deuxième sécheresse créative

En mars 1889, le «Théâtre Richard Wagner» d'Angelo Neumann visita Saint-Pétersbourg, y donnant quatre cycles de Der Ring des Nibelungen sous la direction de Karl Muck (1859-1940). Les Cinq avaient ignoré la musique de Wagner, mais The Ring impressionna Rimsky-Korsakov: il était étonné de la maîtrise de l'orchestration de Wagner. Il a assisté aux répétitions avec Glazunov et a suivi la partition. Après avoir entendu ces performances, Rimsky-Korsakov s'est consacré presque exclusivement à la composition d'opéras pour le reste de sa vie créative. L'utilisation de l'orchestre par Wagner a influencé l'orchestration de Rimsky-Korsakov, à commencer par l'arrangement de la polonaise de Boris Godunov de Moussorgski qu'il a fait pour un concert en 1889.

Vers une musique plus aventureuse que celle de Wagner, notamment celle de Richard Strauss puis de Claude Debussy, l'esprit de Rimsky-Korsakov est resté fermé. Il fumait pendant des jours après en entendant le pianiste Felix Blumenfeld jouer les Estampes de Debussy et écrire dans son journal à leur sujet: «Pauvres et maigres au nième degré; il n'y a pas de technique, encore moins d'imagination. Cela faisait partie d'un conservatisme musical croissant de sa part (sa «conscience musicale», comme il le disait), sous lequel il scrutait désormais sa musique et celle des autres également. Les compositions de ses anciens compatriotes dans The Five n'étaient pas à l'abri. Alors qu'il travaillait sur sa première révision de Boris Godunov de Moussorgski, en 1895, il disait à son amanuensis, Vasily Yastrebtsev: «C'est incroyable que j'aie jamais pu aimer cette musique et pourtant il semble qu'il y ait eu un tel moment. En 1901, il écrira sur le fait qu'il «s'indignait du tout (des) maladresses de Wagner» - c'est à peu près la même musique qui a retenu son attention en 1889.

En 1892, Rimsky-Korsakov a subi une deuxième sécheresse créatrice, provoquée par des épisodes de dépression et des symptômes physiques alarmants. Des accès de sang à la tête, de la confusion, des pertes de mémoire et des obsessions désagréables ont conduit à un diagnostic médical de neurasthénie. Les crises dans la maison Rimsky-Korsakov peuvent avoir été un facteur - les graves maladies de sa femme et de l'un de ses fils de la diphtérie en 1890, la mort de sa mère et de son plus jeune enfant, ainsi que l'apparition d'une maladie prolongée, finalement mortelle. de son deuxième plus jeune enfant. Il démissionne des concerts symphoniques russes et de la chapelle de la cour et envisage d'abandonner définitivement la composition. Après avoir réalisé des troisièmes versions du tableau musical Sadko et de l'opéra La Pucelle de Pskov, il clôt son récit musical avec le passé; il n'avait laissé aucune de ses œuvres majeures avant la nuit de mai dans leur forme originale.

Une autre mort a provoqué un renouveau créatif. Le décès de Tchaïkovski présentait une double opportunité: écrire pour les théâtres impériaux et composer un opéra basé sur la nouvelle de Nikolai Gogol Christmas Eve, œuvre sur laquelle Tchaïkovski avait fondé son opéra Vakula le Smith. Le succès de la veille de Noël de Rimsky-Korsakov l'encouragea à terminer un opéra environ tous les 18 mois entre 1893 et ​​1908 - un total de 11 pendant cette période. Il a également commencé et abandonné une autre ébauche de son traité d'orchestration, mais a fait une troisième tentative et l'a presque terminé au cours des quatre dernières années de sa vie. (Son gendre Maximilian Steinberg a terminé le livre en 1912.) Le traitement scientifique de l'orchestration de Rimsky-Korsakov, illustré de plus de 300 exemples tirés de son travail, a établi une nouvelle norme pour les textes de ce genre.

Révolution 1905

En 1905, des manifestations ont eu lieu au Conservatoire de Saint-Pétersbourg dans le cadre de la Révolution de 1905; ceux-ci, a écrit Rimsky-Korsakov, ont été déclenchés par des troubles similaires à l'Université d'État de Saint-Pétersbourg, dans lesquels les étudiants ont exigé des réformes politiques et l'établissement d'une monarchie constitutionnelle en Russie. «J'ai été choisi membre du comité pour régler les différences avec les élèves agités», se souvient-il; cependant, presque aussitôt que le comité fut formé, «toutes sortes de mesures furent recommandées pour expulser les chefs de file, pour loger la police au Conservatoire, pour fermer entièrement le Conservatoire».

Libéral politique de longue date, Rimsky-Korsakov a écrit qu'il pensait que quelqu'un devait protéger les droits des étudiants à manifester, d'autant plus que les disputes et les disputes entre étudiants et autorités devenaient de plus en plus violentes. Dans une lettre ouverte, il s'est rangé du côté des étudiants contre ce qu'il considérait comme une ingérence injustifiée de la direction du Conservatoire et de la Société musicale russe. Une deuxième lettre, cette fois signée par un certain nombre de professeurs dont Rimsky-Korsakov, exigeait la démission du chef du Conservatoire. En partie à cause de ces deux lettres qu'il a écrites, environ 100 étudiants du Conservatoire ont été expulsés et il a été démis de ses fonctions de professeur. Juste avant le licenciement, Rimsky-Korsakov a reçu une lettre de l'un des membres de la direction de l'école, lui suggérant de prendre la direction dans l'intérêt d'apaiser les troubles étudiants. «Le membre de la Direction avait probablement une opinion minoritaire, mais a néanmoins signé la résolution», a-t-il écrit. "J'ai envoyé une réponse négative." En partie au mépris de son licenciement, Rimsky-Korsakov a continué à enseigner à ses élèves depuis son domicile.

Peu de temps après le limogeage de Rimsky-Korsakov, une production étudiante de son opéra Kashchey the Deathless a été suivie non pas du concert prévu mais d'une manifestation politique, qui a conduit à une interdiction policière du travail de Rimsky-Korsakov. En partie en raison de la couverture médiatique généralisée de ces événements, une vague d'indignation immédiate contre l'interdiction a éclaté dans toute la Russie et à l'étranger; les libéraux et les intellectuels inondaient la résidence du compositeur de lettres de sympathie, et même les paysans qui n'avaient pas entendu une note de la musique de Rimsky-Korsakov envoyèrent de petits dons en argent. Plusieurs membres du corps professoral du Conservatoire de Saint-Pétersbourg ont démissionné en signe de protestation, notamment Glazunov et Lyadov. Finalement, plus de 300 étudiants ont quitté le Conservatoire en solidarité avec Rimsky-Korsakov. En décembre, il avait été réintégré sous la direction d'un nouveau directeur, Glazounov; Rimsky-Korsakov a pris sa retraite du Conservatoire en 1906. La controverse politique s'est poursuivie avec son opéra Le Coq d'Or. Ses critiques implicites de la monarchie, de l'impérialisme russe et de la guerre russo-japonaise lui ont donné peu de chances de passer les censeurs. La première a été retardée jusqu'en 1909, après la mort de Rimsky-Korsakov, et même alors, elle a été interprétée dans une version adaptée.

En avril 1907, Rimsky-Korsakov dirigea deux concerts à Paris, animés par l'impresario Sergei Diaghilev, qui présentaient de la musique de l'école nationaliste russe. Les concerts ont eu un énorme succès dans la vulgarisation de la musique classique russe de ce genre en Europe, en particulier celle de Rimski-Korsakov. L'année suivante, son opéra Sadko est produit à l'Opéra de Paris et The Snow Maiden à l'Opéra-Comique. Il a également eu l'occasion d'entendre des musiques plus récentes de compositeurs européens. Il siffla sans vergogne en entendant l'opéra Salomé de Richard Strauss, et dit à Diaghilev après avoir entendu l'opéra Pelléas et Mélisande de Claude Debussy: «Ne me faites pas écouter toutes ces horreurs ou je finirai par les aimer! L'écoute de ces œuvres l'a amené à apprécier sa place dans le monde de la musique classique. Il a admis qu'il était un «kuchkiste convaincu» (après kuchka, le terme russe abrégé pour The Five) et que ses œuvres appartenaient à une époque que les tendances musicales avaient abandonnée.

Décès

À partir de 1890 environ, Rimsky-Korsakov souffre d'angine de poitrine. Alors que cette maladie le fatiguait au départ progressivement, les tensions concomitantes à la Révolution de 1905 et à ses séquelles ont grandement accéléré sa progression. Après décembre 1907, sa maladie est devenue grave et il ne pouvait plus travailler. En 1908, il mourut dans son domaine de Lubensk près de Luga (district moderne de Plyussky de l'oblast de Pskov) et fut inhumé au cimetière Tikhvin du monastère Alexandre Nevsky à Saint-Pétersbourg, à côté de Borodine, Glinka, Moussorgski et Stasov.

Si vous avez trouvé des erreurs, veuillez nous en informer en sélectionnant ce texte et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Rapport d'erreurs d'orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos éditeurs: