Ernst Otto Nodnagel (1870-1909).

  • Profession: Compositeur, chanteur, critique musical Berliner Tageblatt
  • Résidences: Hambourg
  • Relation avec Mahler: l'un des premiers admirateurs de Mahler
  • Correspondance avec Mahler: mentionnée par Gustav Mahler dans une lettre à Annie Sommerfeld-Mincieux (1857-1937) (00-05-1896, 1896 Année): «Mes plus belles salutations à Herr Nodnagel, ce disciple né». 
  • Né: 16-05-1870 Dortmund, Allemagne
  • Décès: 25-03-1909 Brandenburg, Berlin, Germany (à 38 ans)
  • Enterré: 
  • En 1902, Mahler l'appelait le Nodnagel «inévitable».
  • Promoteur de la Symphonie n ° 4.
  • Mahler a interdit à Nodnagel de publier des analyses détaillées de la Symphonie n ° 2 et de la Symphonie n °. 5 dans «Die Musik». Cependant, une analyse de la Symphonie n ° 5 a été publiée séparément par Éditeurs de musique Peters.

Il a étudié le droit et la musique à Heidelberg, se perfectionnant de 1890 à 1892 dans ses connaissances musicales à la Royal Academy de Berlin. En 1899, il fut nommé professeur de chant au Conservatoire de Königsberg (aujourd'hui Kaliningrad), poste qu'il occupa jusqu'en 1903, et fut présenté comme chanteur dans plusieurs concerts.

Ernst Otto Nodnagel (1870-1909) timbre.

Ses travaux sur la critique musicale ont été publiés dans l'Ostpreussische ZTG., Et en tant que compositeur on lui doit: plusieurs Lieder Of Modernist Tendencies: symbolinen ou Symphonic poems (vom Tapfern schneiderlein and Adultera); Chansons accompagnées d'orchestre, telles que Neurotika, Impresionen, Abschiedsgesange, etc., à imprimer.

Outre les articles parus dans le magazine susmentionné: Jeuseits von Wagner und Liszt (1902), Versinpelung der Musikkritk (1903), Stimmbildung und Staat (1903), Ausdem Gemerke (1904) et le roman Käthe Elsinger (1905).

Commentaires Ernst Otto Nodnagel (1870-1909) of 1896 Concert Berlin 16-03-1896 - Symphonie n ° 1, Todtenfeier, Lieder eines fahrenden Gesellen (création):

Pour la quatrième représentation, parallèlement à la suppression du deuxième mouvement «Blumine», Mahler a abandonné tous les aspects programmatiques de l'œuvre, préférant plutôt présenter l'œuvre comme une «musique absolue». Il a opté pour le titre simple: «Symphonie en ré majeur», supprimant également les nombreux titres de mouvement. Mahler dirigea cette quatrième représentation le 16 mars 1896 à Berlin. Le compositeur et critique musical Ernst Otto Nodnagel (1870-1909), approuva ces révisions majeures qui répondaient aux critiques précédentes qu'il avait soulevées dans sa critique de la deuxième performance (publiée dans le Berliner Tageblatt et Magazin für Litteratur), concernant les notes de programme déroutantes et le mouvement «Trivial» «Blumine». Il a écrit que la dernière version de l'ouvrage avait reçu «une vive approbation, même d'une partie de la presse hostile».

Cependant, la symphonie n'a toujours pas obtenu la réponse que Mahler estimait que son travail méritait. Natalie Bauer-Lechner (1858-1921) qui assistait au concert a décrit l'accueil banal du public comme «plutôt chaleureux et affirmatif», ajoutant que Mahler avait détecté «l'effet froid sur l'auditeur» en répétant «très tristement»: «Non, ils ne l'ont pas compris!».

Si vous avez trouvé des erreurs, veuillez nous en informer en sélectionnant ce texte et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Rapport d'erreurs d'orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos éditeurs: