Maximilien Lenz (1860-1948), vraisemblablement lui-même dans «Un monde».

  • Profession: Peintre. Sécession (membre).
  • Résidences: Vienne, Buenos Aires.
  • Relation avec Mahler: 
  • Correspondance avec Mahler:
  • Né: 04-10-1860 Vienne, Autriche.
  • Décès: 18-05-1948 Vienne, Autriche. Agé de 88 ans.
  • Inhumé: 22-05-1948 Cimetière Grinzing, Vienne, Autriche. Grave 4-39.

Maximilian Lenz était un peintre, graphiste et sculpteur autrichien. Lenz était un membre fondateur de la Sécession de Vienne; pendant la période la plus importante de sa carrière, il était symboliste, mais plus tard, son travail est devenu de plus en plus naturaliste. Il a travaillé dans une variété de médias, y compris les huiles, les aquarelles, la lithographie et les reliefs métalliques. Lenz a étudié à la Kunstgewerbeschule de Vienne, puis à l'Académie des Beaux-Arts de Vienne auprès de Carl Wurzinger et Christian Griepenkerl. Un membre du Vienna Künstlerhaus a passé le début des années 1890 en Amérique du Sud, à concevoir des billets à Buenos Aires.

En 1897, Lenz quitta le Künstlerhaus pour devenir membre fondateur de la Sécession de Vienne, et son travail pour la première exposition du groupe fut salué comme «exceptionnel». Son tableau de 1899, A World (Eine Welt, également traduit par A Day Dream), s'inspire des courants dominants de l'époque, y compris des images oniriques et fantastiques peintes en couleurs intenses. Il a été présenté à la quatrième exposition de la Sécession de Vienne au printemps 1899, et a reçu des éloges critiques pour son «charme gracieux et sa beauté rêveuse mais pétillante» et son humeur de «grâce pure et d'euphonie musicale». Le tableau a également été présenté en hiver 1911-12 avec la Sécession de Munich.

 

Maximilien Lenz (1860-1948), Jeunes femmes avec des fleurs. Lithographie pour Ver Sacrum, 1898.

Après avoir montré sa photo sur le chemin du pays des merveilles à la dixième exposition de la Sécession de Vienne en 1901 et à la treizième exposition au printemps 1902, à la quatorzième exposition de la Sécession à l'été de cette année (la `` exposition Beethoven ''), il a montré un certain nombre de reliefs en divers métaux, qui ont été jugés beaux et inventifs. Certains de ses panneaux de cuivre ont également été présentés à l'Exposition universelle de 1904 à St Louis.

Cependant, une incursion, avec divers autres artistes de la Sécession, dans les gravures sur bois pour le catalogue de l'exposition Beethoven a été qualifiée de «brute» et ressemblait davantage à l'œuvre d'un amateur qu'à un peintre expérimenté, mais s'est également révélée enthousiaste, pas totalement sans mérite.

Maximilien Lenz (1860-1948), Intarsia en laiton battu de la quatorzième exposition, 1902.

Avec Gustav Klimt, Lenz a visité Ravenne à l'hiver 1903-04, où ils ont vu et ont été influencés par les mosaïques dorées. Lors de la vingtième exposition en 1904, la peinture Iduna's Apples de Lenz était considérée comme l'un des points forts parmi les peintures présentées, avec les œuvres de Klimt et Rudolf von Alt.

Le grand tableau, de style similaire à Aubrey Beardsley, a créé un effet «magnifique» d'or et de noir: une femme aux cheveux noirs est assise dans un paysage luxuriant, ne portant qu'une couronne dorée et assise sur un manteau doré, tenant la pomme d'Iduna - également d'or - dans ses mains. Au sein de la Sécession, pendant la première décennie, Lenz fut une influence préraphaélite; après 1910, son travail montre plus de naturalisme et il s'éloigne du premier plan après 1918.

Maximilien Lenz (1860-1948), Un monde, 1899.

Lenz a siégé au comité officiel de la Sécession en 1905 et de nouveau en 1906. Il a également exposé avec la Sécession au printemps 1906, montrant le roi de la forêt et la jeune fille des lamentations; en 1907; en 1908 à la vingt-neuvième exposition; en 1909 et 1910, montrant le tableau ludique Marionnetes; en 1911, montrant Concert; en 1913; et dans le cadre d'une exposition collective en 1941. Son tableau de 1913 A Song of Spring a été influencé par le séjour de la danseuse Isadora Duncan en 1904 à Vienne, partageant ses thèmes symboliques du renouveau cyclique et de la renaissance et présentant un costume médiéval.

Ces idées et un lien avec la danse sont également proéminents dans l'œuvre de Klimt et dans le mouvement symboliste dans son ensemble. Lenz a également peint des thèmes religieux, y compris le baptême des Ethiopiens. Pendant la Première Guerre mondiale, Lenz a créé plusieurs affiches annonçant les obligations de guerre austro-hongroises. En 1926, il épousa Ida Kupelwieser (1870–1927), la fille du juriste Karl Kupelwieser. Il quitte la Sécession et rejoint le Künstlerhaus en 1938.

Si vous avez trouvé des erreurs, veuillez nous en informer en sélectionnant ce texte et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Rapport d'erreurs d'orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos éditeurs: