Thérèse Schwartze (1851-1918). Autoportrait 1917.

  • Profession: Peintre
  • Relation avec Mahler: En 1912, elle a acheté un Mahler buste par Auguste Rodin (1840-1917). Peint Willem Mengelberg (1871-1951).
  • Correspondance avec Mahler: 
  • Né: 20-12-1851 Amsterdam 
  • Décès: 23-12-1918 Amsterdam. Agé de 67 ans.
  • Inhumé: 00-00-0000 Schwartze a été enterré au cimetière Zorgvlied à Amsterdam. Plus tard, elle a été enterrée de nouveau au cimetière Nieuwe Ooster à Amsterdam, où sa sœur (Georgine Schwartze (1854-1935)) a créé un mémorial pour elle, inspiré de son masque mortuaire, qui est maintenant considéré comme un rijksmonument. Grave 36-42A.

Thérèse (Thérèse) Schwartze était une portraitiste hollandaise. Elle était la fille du peintre Johan Georg Schwartze, qui a grandi à Philadelphie et formé à Düsseldorf. Soeur de Georgine Schwartze (1854-1935).

Schwartze a reçu sa première formation auprès de son père, avant d'étudier pendant un an à la Rijksacademie van Beeldende Kunsten. Elle a ensuite voyagé à Munich et a étudié sous Gabriel Max et Franz von Lenbach. En 1879, elle se rend à Paris pour poursuivre ses études auprès de Jean-Jacques Henner. De retour à Amsterdam, elle est devenue membre d'Arti et Amicitiae. Elle appartenait également à un groupe d'artistes connu sous le nom d'Amsterdamse Joffers. Schwartze a exposé son travail au Palais des Beaux-Arts à la World's Columbian Exposition de 1893 à Chicago, Illinois.

1912. Portraits Willem Mengelberg (1871-1951) by Thérèse Schwartze (1851-1918). Taille 152 x 118 cm.

1913. Pastel par Thérèse Schwartze (1851-1918) du buste Rodin de Gustav Mahler qu'elle a acheté en 1912. Avec des fleurs. En hommage aux deux Gustav Mahler (1860-1911) et  Auguste Rodin (1840-1917).

1913. 05-01-1913 elle a consacré une pré-étude du pastel à la craie noire à Willem Mengelberg (1871-1951) avec l'inscription: «Un grand homme: à un homme avec une petite femme».

1916. Sœurs Boissevain par Thérèse Schwartze (1851-1918). À l'occasion du mariage d'argent de son fils aîné (Charles Ernest Henri Boissevain (1868-1940)), le grand-père Charles Boissevain (1842-1927) a commandé Thérèse Schwartze (1851-1918) pour peindre ses petites-filles, l'aînée avait dix-neuf ans et la plus jeune avait six ans.

Le 22 juillet 1918, son mari, Anton van Duyl, décède. Comme Schwartze était en mauvaise santé à ce moment-là (et a essayé de le cacher), la mort de son mari était un coup qu'elle ne pouvait pas surmonter facilement. Elle est décédée à Amsterdam le 23 décembre 1918 d'une maladie soudaine.

Ses portraits, pour la plupart de l'élite d'Amsterdam, sont remarquables pour l'excellent dessin des personnages, l'ampleur et la vigueur de la manipulation et la riche qualité de pigment. Elle a signé ses œuvres «Th. Schwartze »et s'est mariée tard dans la vie en 1906 à Anton van Duyl, après quoi elle a signé des œuvres avec« Th. v Duyl.Schwartze ».

Elle était l'une des rares femmes peintres à avoir été honorée par une invitation à apporter leurs portraits à la salle des peintres de la Galerie des Offices à Florence. Certaines de ses meilleures photos, notamment un portrait de Piet J Joubert et de Trois détenus de l'orphelinat d'Amsterdam, sont au Rijksmuseum, et un intitulé Cinq orphelins d'Amsterdam au Musée Boijmans Van Beuningen à Rotterdam.

Si vous avez trouvé une faute d'orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant ce texte et exploiter sur le texte sélectionné.

Rapport d'erreurs d'orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos éditeurs: